29/11/2018 / Stéphane Kra

Le 1ᵉʳ décembre de chaque année marque la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le Sida. Une journée consacrée à la sensibilisation sur la pandémie, qui enregistrait 36,9 millions de personnes dans le monde en 2017 avec 1,8 million de nouvelles infections la même année, selon l’ONUSIDA.

Pour l’édition 2018, la cérémonie de commémoration a été lancée ce mercredi 28 novembre 2018, à l’American Space de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody.

Katherine Brucker, chargée d’affaires de l’Ambassade des États-Unis en Côte d’Ivoire, a indiqué que la journée mondiale de lutte contre le SIDA est un jour de commémoration de ceux qui ont vu leur vie affectée par cette terrible maladie, mais aussi un jour pour célébrer ceux qui ont réussi à vaincre le VIH et à mener une vie fructueuse. « Et nous ne pouvons pas oublier ceux qui travaillent nuit et jour pour veiller à ce que les personnes infectées aient accès à un traitement et à des soins », a-t-elle ajouté.

Journée de lutte contre le Sida à Abidjan en 2018Cette année, la commémoration de la journée internationale du Sida coïncide avec le 15e anniversaire du Pepfar, un programme de lutte contre le VIH-Sida mis en place par le gouvernement américain. « Il y a quinze ans, le gouvernement des États-Unis a compris qu’il était urgent de transformer la réponse mondiale au VIH et au SIDA et a créé le PEPFAR », a rappelé Katherine Brucker. Depuis 2014, ce sont près de 1,5 milliard de dollars que le gouvernement Américain a investi en Côte d’Ivoire « pour aider le pays à parvenir au contrôle de l’épidémie du VIH ».

Pour l’année 2018, ce sont deux millions trois cents mille (2 300 000) personnes que le Pepfar a dépistées, dont six cent soixante-trois mille (663 000) femmes enceintes et 250.000 personnes maintenues sous traitement antirétroviral, selon Cathy Nguyen – coordonnatrice du programme Pepfar. Même si ces chiffres peuvent paraître significatifs, la chargée d’affaires a confié que l’objectif des États-Unis est de retrouver 90% des personnes vivant avec le Sida et de les mettre sous traitement antirétroviral.

Yéo Wakori