Ambiance dans un bus « 85″*


Un bus de la Sotra au quai de l'université de Cocody

Plus de 2 ans après, l’atmosphère dans le 85 n’a jamais été aussi plus proche de cette réalité.

Il est environ 18 heures. C’est la fin des cours de la matinée au campus de Cocody. Une longue fil d’attente dans les différents quais de bus.

Quai 85. Direction: Yopougon, la plus grande commune de Côte d’Ivoire. De nombreux étudiants échangent en attendant l’arrivée d’un bus. A 18h30mn, un bus vient stationner. Après de nombreuses bousculades, ils ont accès au bus. Les cris se font entendre de part et d’autre.

Chacun cherche a occupé un siège mais il est impossible de satisfaire tout le monde. Le nombre de siège est insuffisant. Certains sont obligés de s’arrêter malgré la distance. La chaleur n’empêche en rien les frottements. Les étudiants sont coincés comme dans une boite de conserve. La sueur des uns et des autres s’entremêlent et donnent une odeur nauséabonde  dans le bus.

En dépit de ce « ramassis » de personnes, les bruits, les causeries, et les débats ne se calculent pas. Chaque étudiant raconte sa mésaventure à son voisin. Surtout en cette période de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), les commentaires des matchs ne manquent point. Une véritable « chambre à gaz » où chacun s’énerve pour peu à cause de la chaleur. Par inattention, un étudiant heurte le pied d’une demoiselle. Celle-ci se déchaine et l’insulte copieusement. On manque de peu d’assister à une bagarre.

Ouf ! Premier arrêt de Yopougon. Quelques-un descendent. Au fur et à mesure que le bus approche de son terminus, l’air devient plus agréable, les causeries plus amicales et les sièges de plus en plus vides.

Ceux qui fatigués descendent du bus après parfois 2 ou 3 heures de routes savent qu’ils devront être en jambe pour le lendemain matin. Car dans le domaine du transport urbain à Abidjan, les jours passent mais se ressemblent quasiment tous.

Hugette Akpoué

*Publié la 1ère fois  le : 22 janvier 2010 à 13 h 41 min

Share

Comments

comments