Barcamp 2010 Abidjan – quid du deuxième jour ?

Cheick TIDJIANE, responsable de Google Afrique

Deuxième jour du Barcamp. Cocody Vallon (quartier résidentiel). Hollywood Boulevard (espace chic accueillant la deuxième édition du Barcamp 2010). Prévues pour débuter à 08h00, c’est pratiquement à 10 h 45 minutes que les choses vont réellement commencer. Fréderic TAPE (le directeur de l’organistation), après avoir présenté les excuses de toute l’équipe du Barcamp, présente les intervenants de cette première session accordée ‘’au développement d’un contenu Africain afin de le rendre compétitif’’. Il s’agit notamment de Tidjiane Deme (directeur de Google Afrique) et de Sean Murphy (Irlandais) responsable de la structure   ’’Chembe Venture’’ basée en Aérobie et spécialisée dans le développement des contenus mobiles.

La première intervention est celle du Directeur Google Afrique. « Le créneau de Google est d’organiser l’information à l’échelle mondiale, la rendre accessible et utile. Et ce créneau appliqué à l’Afrique répond à trois objectifs majeurs à savoir : promouvoir l’accès au net sur tout le continent, rendre le net utile en développant les contenus locaux (par le financement de certains projets) et enfin créer des activités en vu d’encourager les promoteurs de contenu», précise Monsieur Google.

Poursuivant son intervention Tidjiane Deme note que la présence de Google en Afrique n’est pas d’ordre caritatif, mais plutôt un investissement à long terme. Un investissement qui se traduit selon le directeur de Google Afrique par une collaboration avec les opérateurs en charge du net en Afrique afin de diminuer le coût de la navigation. C’est un travail qui reste délicat car « comment peut-on apporter l’internet à quelqu’un qui n’a même pas l’électricité ? Je reste confiant car google est en train de développer des produits spécialement pour l’Afrique afin de rallier ce contient au monde moderne », c’est sur ces propos que le directeur Google Afrique va laisser la place à Sean Murphy pour son intervention.

Murphy, fondateur de ‘’Cheme Venture’’ s’est dit très ravi d’être présent à cette deuxième édition du Barcamp 2010. Il reste persuadé que l’Afrique fera son entrée dans cette sphère concurrentielle du monde moderne (monde du net).  « Bien que les contenus africains soit actuellement quasi inexistants sur le net, je reste persuadé que dans les années à venir les choses rentreront en ordre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je salue l’initiative du Barcamp. Mon entreprise, pour encourager les développeurs de contenu, finance certains projets allant dans ce sens », explique Murphy.

Des initiatives qui sont prises par Google et certaines entreprises telles que ‘’Cheme Venture’’ en vu de propulser l’internet en Afrique : ce sont des gestes hautement salutaires pour ce continent qui désir ardemment entrer dans cercle qu’est la grande toile du net.

Judy-Kaël Dahé

Share