26/06/2018 / Moahet-Sran

Abidjan et Paris vont célébrer le jeudi 28 juin 2018, à la Primature (Abidjan-Plateau), les 5 ans du C2D – Contrat désendettement et de développement.

Le C2D est « une reconversion de la dette de la Côte d’Ivoire » envers la France, explique Diaté Léa – coordonnatrice du Secrétariat technique du C2D (ST-C2D).

« Quand la Côte d’Ivoire continue de payer sa dette, poursuit la coordonnatrice du ST-C2D, elle lui est reversée sous forme de subvention, pour des projets de développement et de réduction de la pauvreté. »

2012 : le top départ

Le 1er C2D au profit de la Côte d’Ivoire a été signé le 1er décembre 2012, à Abidjan. Montant dudit C2D couvrant la période 2012 – 2015 : 630 millions d’euros, soit 413, 25 milliards de francs Cfa. Le second C2D, prenant en compte la période 2014 – 2020, a été signé le 3 décembre 2014, à Paris. Montant : 738 milliards de francs Cfa.

L’heure est venue pour les deux pays (la Côte d’Ivoire et la France) de marquer un coup d’arrêt, pour passer en revue les différentes réalisations enregistrées depuis la date de signature du 1er Contrat.

Des secteurs d’intervention du C2D

Éducation, formation et emploi, santé et protection sociale, agriculture, développement rural et biodiversité, infrastructures de transport, développement urbain, décentralisation, eau et assainissement, justice, sont les secteurs de concentration/action qui vont être passés en revue.

Il est prévu un montant total de 1 900 milliards de francs Cfa à investir dans des projets de développement, dans le cadre du C2D. À l’issue du Conseil des ministres du 4 avril 2018, le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Koné, a annoncé « un 3e C2D » au profit de la Côte d’Ivoire « en 2020, sur une période de 5 ans, pour un montant de 749 milliards F Cfa ».

Evrard Aka & Patrick YAO