25/11/2009 / Donatien Kangah

Plus qu’une tendance, la « Play » (contraction familière de la PlayStation) fait aujourd’hui partie intégrante du quotidien des étudiants ivoiriens. C’est devenu après le football, l’ « autre sport national » des cités « U ». Un jeu de plus en plus prisé d’autant plus qu’il est- en plus du plaisir qu’il procure – générateur de revenu.
Le plaisir avant tout…

« Passer le temps », « se distraire » ou encore « le plaisir ». Tels sont les raisons évoquées par les étudiants pour expliquer leur engouement pour la « PlayStation ». « La Play, soutiennent-ils, c’est avant tout le plaisir de jouer… de se sentir maître du ballon » par le truchement de manettes.
Ce plaisir, ils le partage tous ! C’est devenu un facteur de rassemblement. « Je reçois en moyenne une quarantaine de joueurs par jour dans mon espace », raconte un propriétaire d’espace de jeu. «Élèves, étudiants et autres particuliers s’y retrouvent », poursuit-il.

Quand Drogba s’en mêle
Aujourd’hui, avec l’ascension de Drogba (Capitaine des éléphants de Côte d’Ivoire), ces espaces sont encore plus fréquentés. Les uns y vont pour se procurer le plaisir, celui d’être, en l’espace d’une partie, ce « Drogba » – là ; les autres pour ne serait-ce que regarder, admirer ses prouesses !
Pour les propriétaires de consoles, c’est une aubaine. « Avec une console, l’on peut gagner jusqu’à 2000 FCFA par journée de travail à raison d’une série de cinq parties de dix minutes à 300 FCFA. », révèle ce gérant de console.
De nombreux étudiants ont dû pour se faire un peu d’argent investi dans cette activité. C’est le cas de ce propriétaire de console qui, après la maîtrise, a dû se reconvertir, depuis maintenant un an le temps de trouver une activité stable.

Lire toutes les Chroniques