14/11/2016 / Moahet-Sran

Pour toute la Côte d’Ivoire, Abidjan-Plateau abrite la seule et unique représentation de la Deco (Direction des examens et concours). L’une des missions de la Deco, dépendant du ministère de l’Éducation nationale, consiste en « l’établissement et la délivrance des diplômes, certificats et attestations ». Pour le dépôt de la demande et le retrait desdits documents, les nerfs et la patience des usagers sont mis à rude épreuve.

Un exemplaire de formulaire de demande de la Deco

Une première étape consiste à remplir un formulaire de demande en ligne. Une date de rendez-vous en vue du dépôt physique de la demande est générée. Les dépôts ont lieu les mercredis.

L’épreuve de la patience

Le 28 septembre 2016, de passage à la Deco, nous remarquons une longue file devant ledit service. Nous observons des visages fermés et sombres. L’attente se fait longue. Des murmures et des plaintes se font entendre. De fait, il est presque 10 heures, et le service n’a pas encore commencé.

D’abord exposés au soleil, les usagers vont faire face, ce jour, à une fine pluie, qui va désorganiser le rang. Des personnes venues en dernière instance vont se retrouver à la tête. Et d’autres, venues plus tôt, vont se retrouver derrière. Des usagers présents de bonne heure sur les lieux quitteront la Déco à 16 heures presque, ce mercredi 28 septembre 2016.

À la Deco, il y a toujours des jeunes gens qui rôdent autour du service. « Renseignements Deco », « demande de diplômes »…, peut-on les entendre à la criée. Ils sont prompts à approcher les usagers et même de simples passants pour leur proposer leurs services, moyennant « quelque chose ». Pendant que les usagers font d’interminables rangs pour espérer être reçus, ces jeunes ont une certaine facilité pour entrer et sortir de la Deco, avec « leurs dossiers ». Des personnes, « plus pressées que les autres » ou fatiguées d’attendre, ne manquent pas de confier « leurs cas » à ces derniers.

Des rendez-vous non respectés

Des personnes attendant la délivrance de leur document, à la Deco, à Abidjan.

Les vendredis sont consacrés au retrait des documents sollicités par les demandeurs à la Déco. Vendredi 21 octobre 2016, nous rencontrons mademoiselle Ouattara à la Deco. Ce jour est celui que la Deco lui a fixé pour passer retirer le document qu’elle a demandé. Elle a quitté de bonne heure l’intérieur du pays où elle réside pour venir récupérer son document. Mais au portail, le policier et le vigile de service lui diront que tous les documents dont la date de retrait est fixée au 21 octobre ne sont « pas encore prêts ». Il lui est demandé de repasser « le vendredi prochain pour voir ».

Le vendredi 11 novembre 2016, Sabine se trouve dans la longue file de retrait. En avril 2016, confie-t-elle, elle a fait une demande de son diplôme de baccalauréat. S’étant présentée le jour indiqué pour le retrait, il lui a été signifié que le document n’était pas encore prêt. Elle n’est plus repassée à la Deco jusqu’à ce 11 novembre, où elle dit être passée « pour voir ».

Ce même 11 novembre 2016, Benson B. a rendez-vous pour le retrait de l’attestation à usage administratif qu’il avait demandée. Après plus d’une heure dans le rang, il s’entendra dire au guichet que le document sollicité n’est pas encore prêt. Il lui est suggéré de « passer la semaine prochaine pour voir ».

Pendant que les documents tardent à sortir de la Deco, les deadlines des opportunités pour lesquelles on les sollicite, elles, continuent de courir. Avec le risque de ne pas pouvoir y postuler. Que de préjudices !

Evrard Aka