Des images pornographiques pour mieux vendre

Des images qui font les affaires des vendeurs et qui choquent des (potentiels) clients

Ce n’est pas nouveau. Mais c’est de plus en plus fréquent de voir en bordure de route, des emballages de médicaments avec des images pornographiques. Les commerçants d’aphrodisiaques ont choisi d’attirer leurs clients par la “Une” de leurs emballages. Du marché d’Abobo et au Plateau (centre des affaires) en passant par Adjamé (et même bien d’autres communes), il y a une panoplie de ce genre d’exposition.

Étalés à la merci des yeux (même des plus sensibles), les produits rivalisent dans les images agrandies et très souvent retouchées.

Malgré le fait que certains passant trouvent cela gènant, parfois même choquant (surtout pour les enfants), les vendeurs de ces médicaments n’éprouvent aucun regret à exposer ces images. Un client d’Abobo s’en plaint.

« Bien que j’achète aussi ces médicaments, je n’approuve pas ces images .Ces commerçants doivent avoir un peu de respect pour le public et cacher ces images. Ceux qui veulent acheter n’ont qu’à demander au vendeur ».

Mais les commerçant s’en défendent comme ce vendeur d’Adjamé.

« Lorsqu’un client arrive et qu’il ne voit pas ces emballages joliment décorés, il suppose que vous n’avez pas ces médicaments. Il se dirige immédiatement chez le voisin qui les a étalés ».

Un autre vendeur du Plateau se justifie.

“C’est comme les journaux. Si tu veux attirer les clients, tu mets un bon titre en première page. Le client se dit que les résultats qu’il veut atteindre peuvent être pareille à ce qui est affiché à la une. L’essentiel, c’est que l’information passe à partir des images, même pour les analphabètes. Et cette strategie a augmenté nos ventes”.

Cette métaphore illustre bien la situation. Pourtant dans la réalité, ils sont nombreux à se sentir arnaqués. Alfred B, en témoigne.

“Je souhaitais avoir un médicament pour augmenter mes perfomances. Quand j’ai vu l’image sur la boîte du produit, ça m’a incité à en acheter. Croyez-moi, ce ça n’a rien à voir avec ce qu’on vous présente”.

Désormais c’est à une guerre (sans merci) d’images que se livrent les vendeurs de produits aphrodisiaques. La règle est claire: A qui aura la plus belle image vendra le mieux.

Odet Koutouan

The following two tabs change content below.