Fin de bras de fer ? [Nouvelle mise à jour]

[Nouvelle mise à jour Vendredi 21h40] Les transporteurs grévistes ont annoncé ce vendredi soir qu’ils ont obtenu ce vendredi 16 avril 2010, qu’ils avaient obtenu un accord avec les autorités. Ils ont immédiatement suspendu leur mot d’ordre de grève.

« Nous suspendons pour jours notre mot d’ordre de grève », a déclaré au téléphone Eric Diabaté, porte-parole du comité de crise des transporteurs. Les grévistes affirment avoir obtenu une réduction de 30 FCFA sur le prix du litre de diesel. Le gouvernement proposait une réduction de 15 FCFA contre 140 FCFA que demandaient les grévistes.
Dans la matinée, en dépit de l’annonce de la fin de la grève annoncée la veille, par un groupe de syndicalistes, sur les antennes de la télévision nationale (RTI), aucun wôrô wôrô, ni « gbaka » ni encore taxi compteur n’a roulé.
Toujours dans la matinée, des échauffourées ont opposé des grévistes et des forces de l’ordre à San Pedro et à Abobo.
Les transporteurs ont lancé, lundi, un mouvement historique de grève, suivi à 100 % pour protester contre les hausses récurrentes du prix du carburant.

(Source banco.net)

[Vendredi 16 avril 2010] La tentative du gouvernement de briser la grève observée depuis lundi par le Comité de crise des syndicats, acteurs et auxiliaires du transport (Csaat) n’a pas marché. Les chauffeurs de taxis, wôro-wôro, gbaka et de cars n’entendent pas se laisser distraire par les déclarations faites hier sur la 1ère chaîne de télévision de la Rti.

Losseni Diabaté, porte-parole du Csaat, joint hier par téléphone, est formel. «Le mot d’ordre de grève sera maintenu jusqu’à ce que nos revendications soient satisfaites. Nous exigeons au moins une réduction de 100 Fcfa sur le prix du gasoil», a-t-il fait comprendre en dépit des atteintes à leur intégrité physique.

En effet, vers 10 heures, des éléments du Cecos ont raflé une dizaine des leurs à leur QG sis à Yopougon Figgayo. Ils n’ont été libérés qu’à 16 heures. C’est à la suite de cette arrestation qu’un nommé Koffi Serge, se faisant passer pour le porte-parole du Csaat a annoncé la fin de la grève sur les antennes de la Rti. Ce dernier, a expliqué Losseni Diabaté, ne fait pas partie des leurs. Et de préciser «Nous ne nous reconnaissons pas dans cette déclaration».

D’ailleurs, les grévistes ne souhaitent plus négocier avec le porte-parole de la présidence, Gervais Coulibaly. Depuis cinq jours, le débrayage des acteurs du monde des transports a rendu la circulation fluide dans les rues d’Abidjan. Dans la journée d’hier, les gares routières qui grouillent habituellement de monde sont restées désespérément vides.

D’Adjamé-Liberté en passant par la Renault à la gare routière de la commune, on entend les mouches voler. On ne voit plus les ‘’gnanbolo’’, les ‘’coxers’’ et autres syndicalistes se chamailler pour le partage de leur profit. Au grand carrefour de la Riviera II, aucun véhicule n’est stationné. La situation est identique à Port-Bouët. Tout près du centre pilote, l’on n’entend plus les bruits assourdissants des klaxons de voitures. La circulation toujours embouteillée à ce carrefour du fait des wôro-wôro qui y stationnent est fluide. A Yopougon, aucun désordre depuis lundi à la Siporex où de nombreux chauffeurs de gbaka et wôro-wôro ont l’habitude de charger leurs véhicules. Les populations n’ont d’autres choix que d’emprunter les bus de la Sotra ou de marcher.

(Source L’Expression)

[Jeudi 15 avril 2010] Tout est bien qui fini bien. La crise aura duré 4 longs jours. 4 jours de galères pour les ménagères tant les prix des denrées alimentaires ont flambé. 4 jours de marche sous un soleil de plomb. 4 jours d’autostop et de covoiturage.

Finalement après le rendez vous manqué du mercredi, le ministre des transports et les syndicats de transporteurs ont pu se rencontrer pour échanger… et trouver (au moins) un accord. Le porte parole du comité de crise a fait l’annonce ce jeudi après midi incitant les transporteurs à reprendre le travail «immédiatement».

[podcast]http://www.avenue225.com/wp-content/mediasavenue/2010/04/porteparole.mp3[/podcast]

Mais jusqu’au soir, aucun mouvement de reprise n’avait été observé dans les communes d’Abidjan. Albert Flindé, le ministre des transports a même confirmé l’information sur le plateau du 20 heures de la première chaîne de télévision ivoirienne.

[podcast]http://www.avenue225.com/wp-content/mediasavenue/2010/04/ministreannonce.mp3[/podcast]

Néanmoins, Albert Flindé a soulevé des points de blocages qui subsistent.

[podcast]http://www.avenue225.com/wp-content/mediasavenue/2010/04/pointblocage.mp3[/podcast]

Tout est bien qui fini bien. Mais pour combien de temps ? Quand on sait que le prix du baril du pétrole est très capricieux ces dernières années.