Korhogo/Stations : les bidons remplacent les hommes dans les files d’attente

A Korhogo, les bidons remplacent les hommes dans les files d’attente.

Le prix de l’essence à la pompe est de 774 FCFA à Korhogo. Un montant qui n’inquiète pas les automobilistes actuellement.

« Pourvu qu’il y est de l’essence pour le déplacement», laisse d’ailleurs entendre l’un d’entre eux.

17 février, il est 11h environ. Il fait chaud, très chaud. La circulation est moins dense que d’ordinaire. On compte les véhicules du bout des doigts. Les piétons sont nombreux. Les motos ont diminué. Depuis quelques jours, l’essence manque.

Dans cette ville du nord de la Côte d’Ivoire, une bousculade attire l’attention. Dans une station service située en face du grand marché, les clients luttent pour recueillir les dernières gouttes d’essence. Bidon par-ci, bidon par-là. Petits et grands, jeunes et adultes, détaillants et grossistes se bousculent pour obtenir le précieux liquide . Ils arrivent en sueur, au pas de course pour déposer leurs bidons vides. A la main pour les uns et sur le dos pour les autres.

« Je suis arrivé ici à 4h du matin», s’exclame Seydou, jeune homme d’environ 27 ans, assis à coté de l’une des pompes à essence de la station.

2 m plus loin, un homme âgé, la quarantaine environ. Fatigué, il réplique :

« Moi j’ai placé mes trois bidons dans le rang à 2h. Il faut que les autorités se penchent sur la question de l’essence à Korhogo parce que quand nous on est bloqué tout le nord ressent çà. »

Son voisin d’en face confirme ses dires :

« Mon cousin m’a appelé de Boundiali (une ville à environ 100km de Korhogo), l’essence est fini en ville.»

Il va plus loin :

« Si Abidjan ne peut pas servir normalement, qu’on laisse les trafiquants continuer à nous servir. Ou bien gérant ? »

Avec un sourire qui en dit long, le gérant de la station service sans donner son avis, affirme que c’est une question destinée à ses supérieurs qui sont absents depuis 2 semaines. Le téléphone du gérant sonne.

« Un camion citerne arrive bientôt», rassure t il.

Source  : Faistacan

Share