26/11/2018 / Moahet-Sran

« Sans protection de l’enfance africaine, l’Afrique ne saura relever le défi de son émergence. Sans protection renforcée des générations futures, l’Afrique ne pourra tirer bénéfice de son dividende démographique. L’heure est à l’action. Il nous appartient de rendre les villes africaines véritablement dignes de leurs enfants. » Un appel du roi Mohamed VI porté par la princesse Lala Meryem, du Maroc.

#JeNeSuisPasInvisible est la campagne pour des villes africaines sans enfants en situations de rue. À la clôture du Sommet Africités 8, le 24 novembre 2018, à Marrakech, ladite campagne a été officiellement lancée par la princesse Lala Meryem.

La campagne pour des villes africaines sans enfants en situations de rue est une initiative du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (Refela), de Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLU Afrique), et portée par l’Observatoire national des droits de l’enfant (ONDE) du Maroc, présidé par la princesse Lala Meryem.

Les enfants dans la rue, un « échec de la société »

Dans le monde, l’on dénombre 120 millions d’enfants dans les rues ; l’Afrique en compte 30 millions, soit 25 % de cette population. « Ce chiffre n’est pas seulement accablant, il est aussi en contradiction avec les valeurs ancestrales de nos sociétés africaines, fondées sur la solidarité et la primauté de la famille ». Des propos du roi Mohamed VI portés à l’assistance par la princesse Lala Meryem.

Livré à lui-même dans les rues, déplore le roi Mohamed VI, l’enfant fait face à chaque instant à la misère et aux injustices ; il est « victime de mauvais traitements, de la drogue, des risques de migration juvénile ». La présidente du Refela, Ketcha Courtès Celestine, ne manquera d’ailleurs pas de relever qu’ « un enfant dans la rue est une faillite ou l’échec de la société dans laquelle vit cet enfant ». Et par cette campagne panafricaine, son organisation fait le choix de l’action pour inverser la tendance.

L’éducation, pour sauver les enfants de la rue

« La place des enfants se trouve dans les écoles, et non dans les rues. Nous réaffirmons que l’éducation des enfants est une priorité absolue, car c’est aussi par elle que commence leur protection. », martèle la princesse Lala Meryem – porteuse du message du roi Mohamed VI.

Pour relever ce défi, protéger l’enfance, et créer des conditions d’un épanouissement économique, social et culturel, le roi Mohamed VI appelle à « une prise de conscience, une approche d’action cohérente et inclusive, [et] une mobilisation des élus et responsables » d’Afrique. Plus de 20 villes africaines ont d’ores et déjà souscrit à la campagne #JeNeSuisPasInvisible. Au Maroc, la ville de Rabat servira de ville pilote. L’ONDE explique que « chaque ville engagée mettra en œuvre une stratégie urbaine adaptée de réintégration des enfants en situations de rue ».

Des autorités et élus africains engagés pour des villes sans enfants en situations de rue en Afrique
Des autorités et élus africains engagés pour des villes sans enfants en situations de rue en Afrique

Au niveau panafricain, l’organisation CGLU Afrique s’engage à la mise en œuvre de la campagne, via le suivi et la mobilisation des villes. Sur le plan international, l’Unicef soutiendra et appuiera l’initiative, à travers la mobilisation des expertises techniques et des ressources financières.

Avec cette campagne, L’ONDE veut voir « baisser au moins [de] 25 % le nombre d’enfants de la rue en Afrique, d’ici 2030 ». Un rapport global et analytique sera élaboré tous les trois (3) ans et les résultats seront présentés lors de chaque édition du Sommet Africités.

Crédit-image (illustration) : huffpostmaghreb.com

Evrard Aka