18/05/2018 / Moahet-Sran

Maladie infectieuse, causée par un virus, la rage se transmet des animaux vertébrés à l’Homme, et inversement. Les animaux à sang chaud, tels le chien, le chat, la chauve-souris, le bœuf, et l’Homme y sont exposés.

La rage se transmet le plus souvent à travers la salive de l’animal infecté, par morsure, griffure, léchage d’une plaie. Une fois dans le corps, le virus de la rage évolue pour s’attaquer aux cellules du cerveau, qui ne se renouvellent d’ailleurs pas. À ce stade, le sujet infecté fait la maladie et plus rien ne peut être fait pour sauver sa vie : c’est la mort assurée. De fait, il n’y a pas encore de traitement curatif disponible contre la rage.

Au niveau de l’Homme comme des animaux (chiens, chats…), l’on enregistre deux types de rage : la rage « furieuse » et la rage « muette » ou paralytique. C’est la rage « furieuse » que l’on rencontre couramment.

Des symptômes de la rage humaine

Chez l’homme, la rage « furieuse » se manifeste par la fièvre, des céphalées, des douleurs ou fourmillements au point de contact. L’on note également un changement de comportement, qui se traduit généralement par une excitabilité, une hyper-réactivité.

Le sujet atteint de rage développe aussi l’hydrophobie (la peur de l’eau) : il refuse par exemple de boire. Il développe également l’aérophobie (la peur des mouvements de l’air) : il refuse qu’on le souffle par exemple.

Concernant la rage « muette » chez l’Homme, l’on observe une paralysie débutant au siège de la morsure ou de la griffure.

Des signes de la rage chez les animaux

Au niveau des animaux, le chien par exemple, la rage se manifeste par : un comportement inhabituel, une pseudo-fugue, un aboiement bitonal, un regard et une procidence du corps clignotant, la fureur, des signes paralytiques (pharynx, langue, mandibule, parésie).

Chez le chat, on constate que l’animal se cache par exemple, développe une irritabilité et la fureur. On note également un ptyalisme (salivation exagérée), une paralysie ascendante, le coma ou la mort.

Chez les ruminants, le bœuf par exemple, l’on note les signes suivants : l’inappétence (absence de besoin, de désir) telle l’anorexie, l’arrêt de rumination ; des meuglements sinistres, des beuglements rauques ; des efforts de miction…

De l’obligation de déclaration des cas de rage

Depuis 2008 en Côte d’Ivoire, la rage est à déclaration obligatoire.

Quand l’un des symptômes de la maladie est observée, il importe à la communauté de signaler en urgence le cas au centre de santé le plus proche, dans les centres antirabiques du pays ou à l’INHP (Institut national de l’hygiène publique).

La déclaration des cas de rage permet d’avoir des données fiables dans le cadre de la lutte contre la maladie et de protéger l’entourage ayant été en contact avec le sujet atteint.

Crédit-photos : pixabay.com

Evrard Aka