21/05/2018 / Moahet-Sran

« Le journalisme à l’ère du digital ». C’est le thème retenu pour la VIème édition du Forum des étudiants en journalisme de l’ISTC (FEJI), qui s’est tenue le vendredi 18 mai 2018. Cette rencontre a eu pour cadre l’Amphithéâtre ABL de l’Institut des Sciences et Techniques de la Communication Polytechnique.

La thématique retenue a été co-animée par Donatien Kangah, directeur général de l’agence E-voir et enseignant à l’ISTC, Dr David Youant, journaliste en presse d’agence et directeur général d’Alerte info et Moussa Traoré, président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI).

Donatien Kangah, après avoir fait l’historique du journalisme et le parallélisme entre la réalité et le virtuel, n’a pas manqué de signifier qu’internet n’est plus une zone de non droit. « Aujourd’hui le virtuel est réglementé », affirme-t-il. Il cite en exemple la chine, où il est quasiment interdit d’avoir accès à Google, d’où sa souveraineté sur son espace virtuel numérique. Il fait également référence à la récente condamnation du sieur Yao, qui avait maladroitement appelé à l’assassinat des enfants des gendarmes sur les réseaux sociaux.

Le directeur d’Alerte info a, pour sa part, relevé les différentes évolutions survenues au cours des années entre le journalisme traditionnel et le journalisme numérique ou digital. Il a invité les futur-e-s journalistes à s’approprier les règles qui régissent le métier qu’ils ont choisi.

Moussa Traoré s’est, quant à lui, évertué à démontrer les effets positifs liés à l’avancée du numérique. Selon lui, plusieurs braqueurs de banques, des coupeurs de route et des auteurs d’attaques de locaux des forces de sécurité ont été appréhendés grâce au numérique et aux réseaux sociaux.

Outre cette conférence inaugurale, deux panels ont meublé cette rencontre. Le premier qui a porté sur « Comment devenir influenceur sur les réseaux sociaux ? » a été animé par les bloggeurs Yehni Djidji, Tchonté Mireille, Fernand Dedeh, Polus Agathon et Cyriac Gbogou.

Le second panel, animé par Israël Guébo, journaliste et consultant média et Robert Kra, journaliste à Abibjan.net, a porté sur les mutations technologiques du secteur de l’information.

La présidente de l’école de journalisme, Madame Gomet Scheinfora, a dit être satisfaite de la tenue de cette journée. Elle a souligné que l’avènement du digital dans le métier du journalisme a occasionné ou créé de nouveaux emplois.

La marraine de l’évènement, Madame Koné Colette, directrice générale de l’Agence ivoirienne de régulation de la mutualité sociale (AIRMS), a invité les étudiants journalistes à plus de responsabilité dans le traitement de l’information et à imposer au digital les règles et normes qu’ils se sont prescrit, seul gage d’un journalisme digital transparent.

Dans un discours placé sous le signe de l’engagement et du changement, William Yao, président de la cellule des étudiants en journalisme de l’ISTC, a remercié tous les panelistes et invités à ce forum. « L’objectif de cette édition est de connaître les réalités du monde de l’information avec internet et ses dérives », a-t-il expliqué.

Jonas Ehouman