14/12/2015 / Moahet-Sran

Vendredi 27 novembre 2015. Je dois quitter Abidjan, pour me rendre à Johannesburg (Afrique du Sud) pour la couverture média de la 7e édition d’Africités. Une rencontre panafricaine triennale des gouvernements locaux, qui se tient du 29 novembre au 03 décembre 2015 au Sandton Convention Centre.

le Franc CFAMon vol est à 9h 50 GMT. Par un concours de circonstances, embouteillage notamment, j’arrive à l’Aéroport International Félix Houphouët-Boigny moins d’une heure avant le décollage. Je me soumets immédiatement aux formalités d’enregistrement et d’embarquement.

Sous la pression, j’omets de faire le change de l’argent en Franc CFA (XOF) en ma possession. Sur le tarmac, dans le bus devant conduire les passagers à l’avion, je reçois un coup de fil d’un ami qui m’a accompagné à l’Aéroport. Il me rassure qu’à Lomé, je pourrai faire le change.

Après quasiment une heure de vol, nous atterrissons à l’Aéroport de Lomé. Pour pratiquement une heure d’escale. Les passagers ne peuvent cependant pas descendre de l’avion. Je me rapproche des hôtesses et de leur responsable pour exposer mon besoin. « Nous ne faisons pas ce genre de business sur notre compagnie », me répond la responsable des hôtesses.

Je lui explique plutôt que je voulais une possibilité de faire le change au sein de l’Aéroport. Elle promet de faire quelque chose. Quelques minutes après notre échange, elle me met en contact avec une dame travaillant dans ledit Aéroport. Cette dernière me prévient que c’est un peu compliqué et que nous n’avons pas la garantie que la personne devant effectuer le change puisse être de retour avant le décollage de Lomé. Je ne prends pas de risque.

Le Franc CFA (XOF), objet de curiosité dans des capitales africaines

Après un peu plus de 5 heures de vol, Addis-Ababa (Capitale éthiopienne) nous accueille. A 20h 35, heure locale. À Bole International Airport, je cherche toujours la solution à ma préoccupation. Je tombe sur une banque. Quand je m’adresse au monsieur qui est au guichet, il dit ne pas connaître le Franc CFA, ni mes billets de banque. Peine perdue donc.

Peu avant minuit, nous quittons Addis-Ababa. 5 heures de vol suffisent pour que nous atterrissions à Johannesburg, le samedi 28 novembre 2015, aux aurores. À OR Tambo International Airport, je fais le tour de tout ce qui est bureau de change et représentation de banque. Les agents se passaient tour à tour les billets de Francs CFA que je présentais à chaque guichet. Et toujours les mêmes interrogations : « Quelle est cette monnaie ? Dans quel pays l’utilise-t-on ? »

À Johannesburg, comme à Addis-Ababa, le Franc CFA (XOF) est l’objet de découverte, voire de curiosité. Point de possibilité de faire le change.

Je suis dans la galère : dans un pays étranger avec du « papier sans valeur » en poche, sans sou. Arrivé à mon hôtel d’accueil, un bagagiste bienveillant me donne volontiers son téléphone mobile pour un appel à destination d’Abidjan. C’est alors que je reçois plus tard un transfert d’argent international, que je récupérai en monnaie locale : le Rand. Pour les dépenses et opérations ayant trait à ma mission en terre sud-africaine.

Pour rappel, le Franc CFA (XOF) est une monnaie utilisée par huit (8) pays d’Afrique de l’Ouest, majoritairement francophones et regroupés au sein de l’Uemoa (Union économique et monétaire ouest-africaine).

Crédit-photo : nigerinter.com

Evrard Aka