09/02/2015 / Moahet-Sran

Eléphants vainqueurs de la CAN 2015Dimanche 8 février 2015. Il est un peu plus de 22 heures. La Côte d’Ivoire vient de remporter la 30ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), à Bata (Guinée Equatoriale). Face aux Black Stars du Ghana. C’est l’explosion de joie, la liesse populaire. A Yopougon. A Abidjan. Partout en Côte d’Ivoire. Les autorités ivoiriennes n’échappent pas à cette immense joie que procure ce sacre des Eléphants. Dans la foulée, le chef de l’Etat Alassane Ouattara décrète le lundi 9 février 2015 « jour férié, chômé et payé ».

L’attente aura été longue : 23 ans. Le 26 janvier 1992, au Stade de l’Amitié de Dakar, au Sénégal, la Côte d’Ivoire remporte son premier trophée continental de la compétition. Face au Ghana, après une fatidique épreuve de tirs au but : 11 tirs réussis par les Ivoiriens contre 10 par les Ghanéens. Depuis lors, les Eléphants poursuivent Dame Coupe. Ils essaieront plusieurs voies à cet effet.

En 2006, les Ivoiriens emprunteront le chemin du Maghreb. Mais, c’était sans compter avec le pays organisateur : l’Egypte. Après 120 minutes de jeu, aucun but de part et d’autre. Le 10 février 2006, au Cairo International Stadium, les Egyptiens défont les Eléphants aux tirs au but (4 – 2), et gardent la coupe aux pieds des pyramides.

Six ans après, la Côte d’Ivoire cherchera à passer par l’Afrique australe. Pour cette édition co-organisée par la Guinée Equatoriale et le Gabon, elle affronte en finale la Zambie d’Hervé Renard (actuel sélectionneur de la Côte d’Ivoire). Après 120 minutes de jeu, les deux équipes gardent leur cage respective inviolée. A la séance de tirs au but, les Chipolopolos arrachent le trophée aux Eléphants (8 tirs au but à 7), le 12 février 2012, au Stade d’Angondjé (Libreville, Gabon). La Côte d’Ivoire devra s’y prendre une autre fois.

En 2015, les Eléphants se trouvent à nouveau en finale de la CAN. Nombre d’Ivoiriens l’ont souhaité ; ils ont eu leur finale, face aux Black Stars du Ghana. Ni les 90 minutes de jeu, ni les prolongations ne permettent aux deux sélections ouest-africaines de se départager. Place donc aux tirs au but, encore. L’histoire se répète, à quelques détails près, comme en 1992. Chaque équipe tire 11 fois au but. La Côte d’Ivoire en réussit 9 contre 8 pour le Ghana. Enfin, les Ivoiriens décrochent leur deuxième étoile, face au voisin ghanéen. Comme quoi et pour reprendre l’adage ivoirien, «tout près n’est pas loin». Bravo aux Eléphants !

 Crédit-photo : lavoixdunord.fr

 

Evrard Aka