03/04/2010 / Yoroba

La maquette du futur complexe hôtelier (capture d'écran)

C’est peut être un ouf de soulagement pour les jeunes Ivoiriens qui ont étudié l’hôtellerie et qui sont en quête de travail. La Côte d’Ivoire va bientôt se doter d’un réceptif hôtelier 3 étoiles de 120 chambres avec toutes les commodités modernes digne d’un hôtel de  renommée internationale:  l’hotel écologique ONOMO

La cérémonie de la pose de la première pierre s’est déroulé le mardi 23 mars 2010 à l’aéroport Félix Houphouët Boigny d’Abidjan en présence du chef de l’état, Laurent Gbagbo.
Dans ce climat (semi)apaisé que vit le pays, le retour des investissements se fait progressivement. Cependant, pour les acteurs du tourisme, il est important de poser d’or et déjà les bases d’un développement durable et cela passe obligatoirement par une réorganisation du système de recrutement mené dans tous les secteurs d’activités.
Pour ma part je dirai : « laissons l’hôtellerie aux hôteliers ». Tous simplement pour donner l’occasion à ces nombreux élèves et étudiants sortis des écoles professionnelles des métiers du tourisme et de l’hôtellerie et qui chôment jusqu’à présent d’exercer. Ne serait-ce que pour se faire la main et pour se faire une expérience.
Ce réceptif hôtelier qui doit voir le  jour dans 12 mois (en principe) doit se doter d’un personnel de qualité maitrisant gestion et langage de l’hôtellerie. Un chimiste à la place d’un chef cuisinier : «Nous ne voulons plus de ce genre  de recrutement ». L’Etat a suffisamment formé de cadres dans ce domaine qui aujourd’hui sont à la recherche d’une première embauche pour démontrer leur savoir faire.
Nous sommes fatigués des recrutements clandestins, et douteux ou l’expérience et la conscience professionnelle cèdent place à la corruption et au recrutement par complaisance. J’ose croire qu’il en sera pas de même pour l’Hotel écologique ONOMO.
Jacques Kouao, Hotellier