Sortie d’une nourrisse en pays Ebrié

Mme NIANGORAN exécutant des pas de danse

Mme NIANGORAN, après avoir passé 4 mois dans la maison suite à son accouchement vient d’effectuer sa sortie selon la tradition des peuples lagunaires. Cet évènement a eu lieu le dimanche 16 juin 2013  dans son village à Lokoua sis à Yopougon. Présentation de la mère et de l’enfant à la famille, repas d’ensemble et un tour du village auront été au menu de cette cérémonie.

Chris Vianey NIANGORAN le nouveau né

Dès 10 heures, parents et amis étaient déjà installés sous le préau dans la cour familiale. Et quand sort maman avec son bébé dans ses bras, ce sont des hourra et des bruits de joie qui les accueillent. Le chef de famille annonce officiellement  la maman « libre de tout mouvement » et prononce par la suite des paroles de bénédictions à l’endroit de l’enfant et de sa mère accompagnées de libations.

Le repas est ensuite servi et tout le monde mange dans l’allégresse. Après cela, la nourrisse entame le tour du village. Dame NIANGORAN Marie Joelle est somptueusement vêtue selon la culture des Ebriés. De la tête aux pieds, tous les éléments de la nature  ayant servi à l’accoutrement et au maquillage se mènent une concurrence loyale.

Au nœud de sa belle coiffure se trouve un petit balai en paille. La chaîne (d’environ 10 cm de long) de ses boucles d’oreilles portent à leur bout des fruits séchés et très légers appelés ahoko, en langue baoulé et qui servent aussi à fabriquer un instrument de musique du même nom. Tandis qu’un grand collier des mêmes fruits d’ahoko pend à son cou en retombant sur sa poitrine dont le soutien-gorge est doublé par des cônes tissés avec des feuilles de cocotier.

Juste en dessous du soutien-gorge, un pagne 100 % coton apparemment très lourd dans le style kita (pagne traditionnel akan) enveloppe son tronc  et son bassin jusqu’en dessous des genoux. Elle chausse des sandales en peau d’animaux. Ses tours de bras, en plein milieu de l’humérus sont ceints de colliers également. Dans ses mains se trouve un petit van en feuilles de cocotier dont le cercle porte aussi quelques fruits cités plus hauts.

A son arrivée dans un maquis du village en bordure de la lagune, elle est accueillie par les parents, amis et connaissances avec des pas de danse d’un chant en langue très enlevé, intitulé zoko. Elle fait le tour de l’espace sablonneux en dansant avec son panier qui reçoit quelques espèces sonnantes et trébuchantes. Le bal populaire est ainsi ouvert. Elle rejoint ensuite son mari qui l’attend sous un hangar avec leur gros bébé du nom de Niangoran Chris Vianey né le 19 Février 2013.

La sortie d’une mère nourrisse et de son enfant est une véritable fête dans plusieurs régions de la Côte d’Ivoire et même de l’Afrique. La mère et l’enfant demeure dans sa famille, où elle s’était déjà retirée quelques mois avant l’accouchement. Et pendant ce temps, surtout après la venue du bébé, la mère est une véritable princesse.

Elle ne touche à rien si ce n’est de prendre son bain et d’allaiter le petit. Son corps est enduit de toutes sortes d’huiles naturelle notamment de karité, de l’huile rouge  et autres. Elle est nourrie avec différents mets bien faits. Son mari quant à lui n’a pas le droit de passer la nuit avec son épouse durant toute cette période. C’est seulement après cette cérémonie qu’elle pourra regagner le domicile conjugal.

M et Mme NIANGORAN à la fin de la cérémonie

Abraham LABORIEL