30/04/2014 / La Redaction
Vaccin
Prendre conscience que le vaccin sauve

Le monde célèbre du 24 au 30 avril la semaine mondiale de l’immunisation. Cette année le thème de la semaine se présente sous forme d’une interrogation adressée à chacun de nous : « êtes-vous à jour ? ».

Initiée pour la première fois en 2012 par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) avec une célébration officielle dans 180 pays, la semaine mondiale de l’immunisation est un moment de réflexion sur la vaccination comme un puissant moyen de prévention de plusieurs maladies mortelles.

Elle permet également de faire le bilan des acquis en matière d’accès aux vaccins par les couches les plus défavorisées mais aussi et surtout de jeter un regard sur les ambitieux défis que la communauté scientifique tente de relever. A ce niveau, l’on citera les recherches pour un vaccin contre le VIH et surtout contre le paludisme qui continue de mobiliser plusieurs laboratoires aussi en bien Afrique (continent le plus affecté par la maladie) que dans le reste du monde.

L’immunisation contre les maladies par la vaccination est aujourd’hui considérée comme l’une des découvertes scientifiques les plus importantes des dernières décennies. Pour mémoire, c’est le 6 juillet 1885 que la première vaccination humaine fut réalisée par le français Louis Pasteur sur un sujet atteint de rage.

Depuis cette date, la vaccination est devenu un réflexe médical depuis la naissance des hommes jusqu’à leur mort. Par voie orale ou par injection, la vaccination a permis d’éradiquer des maladies comme la rougeole et de prévenir certaines hautement mortelles comme la méningite ou la tuberculose.

Les vaccins sauvent chaque année des millions de personnes d’une mort certaine causée par des infections telles que le tétanos, la diphtérie ou la polio qui demeure un tueur pour les enfants de 0 à 5 ans. Malgré l’importance du vaccin, il est important de noter que de nombreuses personnes à travers le monde n’ont pas un carnet de vaccination à jour !

Pire en 2012, 1 enfant sur 5 n’avait pas été vacciné lors des programmes de routine. On estime qu’il s’agit de plus de 22.6 millions d’enfants devenus de potentiels réservoirs de transmission de plusieurs pathologies. En face de ces chiffres, le thème de la semaine mondiale de l’immunisation 2014 trouve tout son sens et amène à réfléchir sur les voies et moyens “pour être à jour“.

Les rappels par sms !

Tous les êtres humains depuis leur naissance ont déjà reçu dans leur vie au moins une dose de vaccin. Mais lorsqu’ils prennent de l’âge, certains oublient à la limite de maintenir cet élan de protection. Dans les premières années de notre vie, nos mères sont celles qui s’occupent du suivi du carnet de vaccination. Les passages au centre de santé sont fréquents car il y va de vie du bébé.

De l’âge de la maternelle jusqu’ aux études secondaires, cet élan peut-être maintenu. Mais les choses changent radicalement à l’âge adulte. A l’exception des personnes qui sont soumises aux contraintes du carnet de vaccination international pour cause de voyage, rares sont celles qui prennent le soin de suivre leurs rappels. Du moment où on se sent bien, nul besoin de penser à un rappel ! Or agir de la sorte nous expose. Posez-vous la question suivante : à quand remonte ma dernière vaccination ? Vous verrez si oui ou non vous êtes protégé. L’heure est certainement venue pour vous de retrouver votre carnet de vaccination !

Dans un monde en pleine mutation avec des technologies de plus en plus innovantes, pourquoi ne pas nous attarder sur les opportunités que nous offrent les outils du numérique pour résoudre le problème du suivi de la vaccination. L’exemple qui nous parait le plus pratique est l’adoption du carnet de vaccination numérique : le E-vaccin.

Déjà utilisé dans plusieurs pays pour accompagner le traditionnel carnet de vaccination, il permet d’établir un système d’alertes précoce basé sur les messageries électroniques. En Côte d’Ivoire, ce système est déjà opérationnel et disponible à la demande par chaque personne qui se fait vacciner dans les centres de référence. Il s’agit principalement des antennes de l’INHP (Institut National d’Hygiène Publique) et des CHU.

Grâce à une unité de suivi à distance, toute personne abonnée au service peut suivre son carnet de vaccination à distance. Les rappels sont disponibles sous forme de courriels à l’adresse indiquée par le demandeur. Un système certes révolutionnaire mais qui a également ses limites vu la faible pénétration d’internet en Côte d’Ivoire. L’idée du carnet de vaccination électronique trouverait toute son utilité s’il pouvait effectivement toucher toute les couches.

En plus du courrier électronique, le système de rappel pourrait inclure l’alerte par téléphone portable. Le taux de pénétration du téléphone portable en Côte d’Ivoire fortement élevé , la diffusion des sms pourrait tenir informé le demandeur en temps réel de l’état de son carnet de vaccination. Une requête à partir d’un terminal pourrait situer chaque personne sur son prochain rappel. A ce type de service, l’on pourrait inclure les centres hospitaliers où les vaccins sont disponibles, un service d’alerte indiquant les prix homologués des vaccins et des alertes de sensibilisation à la vaccination. Ces derniers services pourraient éviter des dépenses supplémentaires aux contribuables et aider à la promotion de la bonne gouvernance dans le milieu médical.

La présence de tous ces services disponibles ou à développer ne pourront jamais remplacer la prise de conscience du contribuable. L’idéal serait que chacun puisse avant tout prendre conscience que le vaccin le protège d’une mort certaine. C’est bien là la première étape vers un suivi du carnet de vaccination.

SUY Kahofi